Vérifier ses messages







Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Partagez | 
 

 La réforme Darcos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Zell
Fan de lorie


Nombre de messages : 2
Team/ Alliance : URM_m
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: La réforme Darcos.   Lun 08 Déc 2008, 11:27

Rappel du premier message :

Qu'en pensez vous ?


Ceux qui font pas grève pour la plupart sont pas au courant de cette grève.

On vit dans une époque de merde, quand je vois des potes qui font " ouais fais passer le message faut qu'il y ait un blocus pour pas avoir cours, en plus il y a un prétexte, la loi je sais pas quoi là ... "


Ils en parlent ils savent même pas de quoi ça parle, ils s'y intéressent pas, et font rien, pour qu'il y ait grève ou le contraire. Si il y a un blocus ils seront content sinon ils iront en cours comme d'habitude, pourtant c'est réellement une loi de merde.

Quand je vois qu'on veut faire un truc réellement général c'est pathétique, Darcor croît réellement que tout le monde a la même capacité intellectuelle, il est affligeant de connerie. Je le vois très bien, je suis en STG, si j'y suis c'est pour rien foutre. J'ai rien foutu pour le moment, je suis en terminale et j'ai 10.5 avec 6 dans 2 moyennes et seulement 14 en sport.
J'ai pas ouvert un cahier depuis les vacances d'octobre alors qu'il y en a qui travaillent 2 heures par jours et ont 8 de moyenne. C'est sans me vanter, certaines personnes sont plus doués que d'autres dans certains domaines, j'ai des facilités que d'autres non pas, et inversement.

Et le mec croît réellement pouvoir réaliser un truc d'élite pour tout le monde, qui plus est en voulant aussi des réformes au niveau des profs, ils doivent avoir des connaissances encore plus élevés à des domaines inutiles, ça sert strictement à rien, en plus ça enlèvera énormément d'emplois, il y aura des classes à 40 élèves, ce sera inconcevable d'avoir cours dans ces conditions. Déjà que pas mal de profs ont pas de boulot ...


Bref, hausse du chômage, baisse du taux de réussite scolaire, et donc une croissance qui sera d'autant plus faible pour la suite. Que ce soit nous ou nos enfants, on est tous embarqués dans cette merde.



En gros : MANIFESTEZ ET ALLEZ DANS LA RUE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
EPSILON
Invité
avatar


MessageSujet: bonne analyse de l'ensemble des mb de la DN   Jeu 01 Jan 2009, 20:40

Bravo pour l'ensemble des internautes, je rappelle simplement que si nous dévissons darcos un autre prendra sa place, tout simplement parceque nous sommmes gouverné par un président, un gouvernement , un parlement et un sénat de droite. DONC ne pas baisser la garde par tout les moyens pour notre avenir, pour ne pas devenir des moutons et pour inventer un autre monde que le capitaliste à l'américaine comme veux sarko. ci dessous la fiche de darcos et la fiche de cette organisation dont puise pour l'essantielle les idées des réformes en cours.

La privatisation et le démantèlement de l'Education nationale : revue de presse
Qui ?
Xavier Darcos a dit en octobre 2008 : « La plupart des mesures que je prends servent surtout d’habillage aux suppressions
de poste ». Une biographie sélective s’impose pour cerner l’auteur de cette citation. Dans les années 70, il
est secrétaire du Club de l’Horloge : ce club est encore aujourd’hui la boîte à idées de l’extrême droite, qui rêve de
l’intégration du FN dans une alliance avec le gouvernement. Ce club d’ultra-droite a pour mission de pourfendre le
monopole scolaire (comprendre l’école publique). En 1982, alors prof de lettres, il passe au tribunal administratif de
Périgueux pour avoir divulgué à ses élèves de 1ère les sujets du bac… En 1992 il fonde avec ses potes « Créateurs
d’école », dont le credo est la privatisation de l’éducation avec des mesures phare comme la suppression de la carte
scolaire. Parmi ses consultants, il faut citer aussi le non-moins craignos Vincent Laarman, président de Sos éducation,
qui a lancé entre autres la campagne pour le service minimum et en ce moment une nouvelle offensive sur la carte scolaire.
Rappelons aussi ses accointances avec « Enseignement et liberté », dans la mouvance de l’Opus dei. Bref tous ses conseillers sont
des ultras réactionnaires, souvent catholiques, et tous pour une privatisation de l’Education nationale, qu’ils considèrent comme une
« entreprise comme les autres ». Faut-il rappeler également que Sarkozy, intronisé à l’occasion chanoine de Latran, a affirmé il y a
moins d’un an que l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ? De cette nébuleuse qui tient actuellement les rênes de l’Education
découle tout ce qui suit.
Quoi ?
* Supprimer au bas mot 50 000 postes d’enseignants en 3 ans.
Comme Darcos le dit lui-même, toutes les réformes n’ont qu’un seul but : supprimer des fonctionnaires
qui seraient trop nombreux. Il n’arrête pas de dire qu’il y a un prof pour 13 élèves. Son chiffre
vient de la division complètement débile de 12 millions d’élèves pour 870 000 enseignants. Mais
bon on sait qu’il est fâché avec le bon sens, les chiffres et la règle de trois en particulier. Quelques
exemples non exhaustifs pour voir comment s’y prendre afin de supprimer à la hache tous ces enseignants
« inutiles » :
9 000 Rased : En supprimant deux heures de cours par semaine en primaire et maternelle ( = 3 semaines
de cours en moins), les instits sont censés se substituer à ces enseignants spécialisés soit à
7h45, soit entre midi et 13h, soit jusqu’à 17h30. « Economie » de 3000 postes dès la rentrée 2009,
puis les 6000 restant les deux années suivantes.
4 400 COP : Exemple au collège : notre nouvelle COP est contractuelle sur plusieurs établissements.
Elle découvre le métier et passe ses week ends à s’auto-former. Au mois de juin, lorsqu’elle
aura mieux compris les arcanes de l’orientation, son contrat sera terminé. Soit nous aurons quelqu’un d’autre l’année prochaine, soit
personne : l’idée de Darcos est d’essayer de redonner tout ce travail aux profs principaux de 3° ou de Terminale, qui bien évidemment
utiliseront plus la tronçonneuse que la dentelle. Les COP restant risquent de passer aux régions. Même logique pour les Assistantes
sociales. Quant aux TOS, ils ont déjà trinqué, avec les incidences qu’on connaît. Enfin viendra notre tour, mais nous serons
tous seuls pour nous défendre.
Tous les instits de maternelle : Le coup des instits avec bac + 5 censés changer les couches et surveiller les siestes est une façon
de préparer le terrain à la suppression de l’école maternelle jusqu’à 5 ans. Dans les cartons de Darcos se prépare en effet leur remplacement
par des Jardins d’éveil organisés par les municipalités et payés par les parents.
16 000 postes en lycée : en supprimant 5h par semaine aux élèves de seconde, la mal nommée « réforme des lycées »n’est qu’un
habillage grossier de 16 000 de suppression de postes en 2009, et à elle seule 50 000 dans les 3 ans à venir.
8 000 postes de Lycée professionnel : c’est le but avoué par Darcos du bac pro en 3 ans au lieu de 4 ans.
Disparition prochaine des CPE, « exception européenne », par la fermeture des postes au concours
La polyvalence. C’est une autre façon grossière d’économiser des postes. La « réforme » du lycée prévoit par exemple la fusion de
la Physique chimie avec les SVT, en « sciences expérimentales » : certains collèges l’ont déjà expérimenté en 6° depuis 2006.
Ne plus faire redoubler : Enfin, la « réforme » du lycée affiche également la volonté de ne plus faire redoubler les secondes, par le
jeu des modules, histoire d’évacuer les élèves par le haut.
* Privatiser l’Education Nationale : L’idée est de privatiser avec une stratégie de contournement : plutôt que d’attaquer
frontalement le problème, il faut pourrir le système de l’intérieur, afin que les parents aillent d’eux-mêmes inscrire
leurs enfants dans le privé. Les médias participent depuis de nombreuses années à cette stratégie sournoise, à
grand renfort de démagogie et d’endormissement. C’est une technique adoptée à l’échelle européenne. Aujourd’hui,
sans complexe, le gouvernement ne semble même plus s’embarrasser de cette stratégie pas assez rapide. Tout s’accélère,
avec une arrogance sans précédent, dans toute la fonction publique, afin de mettre au pas et dégraisser dans les
hôpitaux, la police ou ce qu’il reste de la Poste par exemple.
Multiplication des contrats d’association avec les écoles privées. Ces contrats permettent dorénavant aux écoles catholiques d’être
prises en charge financièrement de façon quasi intégrale par les collectivités territoriales, tout en ayant toujours le droit d’exercer
leur catéchisme 2 heures par jour. Cela s’est passé en mars 2008 dans la plus grande indifférence.
Les coupes drastiques dans le milieu éducatif ont une répercussion directe dans les collèges et les écoles. De la suppression des
places en ITEP ou en IME par exemple découle l’arrivée en collège et en primaire d’élèves qui n’ont pas leur place dans des classes
déjà surchargées, avec des enseignants non spécialisés. Sous prétexte d’intégration de tous les élèves, on économise des postes dans
le système éducatif et on pourrit par la même occasion l’école publique, seule à être obligée d’accepter ces élèves en détresse.
Supprimer le bac : Un prof ou un élève de seconde ne pourra plus dire le 1er septembre 2009, « je suis [ou j’ai les] 2°3 ». L’année
est découpée en deux semestres avec 6 modules au choix en plus des enseignements « fondamentaux ». Chaque module sera évalué
en fin de semestre et les 36 modules sur trois ans remplaceront donc le bac : comme pour un empilage de lego, il y aura autant d’élèves
que de bac. Le Medef en rêvait : Darcos l’a fait. Dorénavant, il n’y aura plus un bac national, mais des médailles en toc que le
bachelier devra marchander pour obtenir son contrat de travail. Profs comme élèves feront donc deux rentrées par an avec des emplois
du temps différents, des élèves ou des profs différents, y compris en maths ou en français. En fin de semestre ils devront faire
une semaine « bilan et orientation ». J’imagine le foutoir d’un tel dispositif où les élèves n’auront pas cours de la semaine et les
profs ne sauront pas quels élèves prendre en charge… C’est donc la programmation d’un bordel généralisé.
Comment ?
Pour parvenir à ses fins, le gouvernement n’hésite pas à déployer les
grands moyens, depuis plusieurs années, avec une nette accélération
depuis cet été.
Nous diviser : Le lexique utilisé par cette nébuleuse d’ultra-droite est
très agressif : Bataille , stratégie, réseau, alerte, contagion, belliqueux,
assiégé, guerre... Leur idée est déjà de diviser pour régner : en
ce sens on peut comprendre par exemple la multiplication des services
partagés, brisant les équipes et usant les collègues. On peut aussi
évoquer le hochet des heures sups qu’ils agitent pour faire disparaître
les esprits d’équipe. L’autre idée est de multiplier les attaques, car il
est plus difficiles de se battre sur plusieurs front à la fois. De plus, on
a souvent du mal à suivre : c’est pour ça que j’ai essayé de faire une
synthèse rapide, même si l’exercice demanderait davantage de temps
et de documentation, mais aussi de place, car les mesures sont bien
plus nombreuses que celles que je rapporte ici. Ils jouent aussi à fond,
même si ce n’est pas nouveau, la carte de la division syndicale.
Nous précariser : Blocage des salaires à 0,5% pendant au moins 3 ans. Rappelons que l’Elysée a vu son train de vie
augmenter cette année de 170% ou que les 285 millions versés à Tapie correspondent à 15 000 postes d’enseignants.
Sans parler des 400 milliards de subventions aux banquiers. On a tous noté aussi la multiplication des emplois précaires
qui touche tous les personnels. Ce n’est pas pour rien que beaucoup d’entre nous hésitent de plus en plus à faire la grève
pour une question de moyens. Même si c’est une fuite en avant.
Nous flexibiliser : En 2010 le Capes et l’agreg seront supprimés, même si le nom sera gardé. La coquille vide consistera
à « dénationaliser » le concours car l’obtention du master sera laissé à la libre appréciation des universités devenues autonomes.
Ce qui implique que les profs de 2010 ne dépendront plus de la grille indiciaire de la Fonction publique. Le
jury sera même composé de personnes de la société civile et seulement une épreuve sur 4 concernera la discipline.
Depuis 2008, les TZR et les profs en ZEP n’ont plus de bonification pour les mutations. Les nouvelles règles de mutation
semblent pour cette année présager également le pire.
Quant aux instits, ils voient leur temps de travail annualisé avec les 108h. En plus de leur journée, ils doivent dorénavant
prendre les élèves en difficulté, déjà fatigués de leur journée. Cela donne des journées non stop.
Nous surveiller. Un appel d’offre hallucinant a été lancé par le ministère pour 220 000 €. Ils cherchent pour le 1er janvier
2009 un bureau d’étude pour repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence
et leur capacité à se constituer en réseau. Ce bureau devra anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise,
alerter quotidiennement et préconiser en conséquence. La chasse aux sorcières est ouverte.
Nous bâillonner. Les instits doivent désormais prévenir l’Inspection 48h ouvrables à l’avance s’ils ont l’intention de
faire grève, afin que les municipalités organisent un service d’accueil, pour briser la grève. C’est pourtant sous Napoléon
III (1864) que le droit de grève avait été reconnu.
Nous discréditer. Devedjian, un ancien d’Occident qu’on ne présente plus a récemment écrit un courrier à ses
potes. Il dit en substance que les profs sont endormis et que la droite a l’opportunité de se serrer les coudes
pour tout faire passer en force. Certes tout ne va pas bien dans l’Education, mais on peut mettre en valeur aussi
ce qui fonctionne : les seules mesures concrètes que Devedjian préconise sont l’obligation d’apprendre la Marseillaise
et la suppression de poste (il va sans vergogne jusqu’à dire que 100 000 profs ne servent à rien).
Nous enfumer : l’exemple récent de la médaille pour le bac est une idée du club de l’horloge. Ces petits hochets
sont tombés en pleine « réforme du lycée » pour donner un os à ronger aux médias et leur faire oublier
l’essentiel. De même pour la Marseillaise rendue obligatoire en primaire. Des pacotilles pour faire diversion.
Que faire ?
Les plus défaitistes d’entre nous disent que protester ne sert plus à rien. Personnellement
je préfère avoir mon mot à dire lorsque je me fais entuber. A force d’avaler des
couleuvres, la nausée monte vite aux lèvres. Et ce n’est pas parce qu’ils nous tiennent
par la baisse de notre pouvoir d’achat, qu’il faut baisser les bras.
On a réussi en 2006 à faire reculer De Robien qui voulait faire passer aux oubliettes le
décret de 1950 : C’est donc un démenti pour ceux qui pensent que les syndicats ou les
grèves ne servent à rien. La politique, contrairement à ce qu’on nous assène, peut se
faire ailleurs que dans l’hémicycle, ou qu’en mettant un chèque en blanc tous les 5 ans dans l’urne.
Vous l’aurez compris, j’estime qu’il est grand temps de rentrer en résistance sous peine de voir l’Education Nationale
complètement privatisée. Cela passe déjà par la syndicalisation : comment les syndicats peuvent-ils être efficaces avec à
peine 8% de syndiqués. Plus nous serons nombreux, mieux nous nous défendrons.
Dans l’immédiat, il y a déjà la grève du 20 novembre qui est la première grève unitaire depuis toutes ces attaques frontales
: c’est un moment crucial pour enfin relever la tête. Nous aurons aussi une heure syndicale le 27 novembre à
11h30 en salle de réunion pour discuter de tous ces points, même si le temps manquera. Le 2 décembre, il y a les élections
pour élire nos représentants dans les commissions administratives paritaires. A cette occasion, il me semble capital
de bien distinguer les syndicats qui défendent réellement nos intérêts et qui n’ont pas signé tout ce dispositif de démantèlement.
Sources : presse syndicale FO, Canard enchaîné, divers sites webs en particulier ceux résumant le bouquin Main basse sur l’école publique, Siné
Hebdo bien meilleur que Charlie, Monde Diplo, Compte-rendu de l’assemblée nationale du 4 novembre...
Hervé Lamy


ET LE SECOND SUJET..........................
Revenir en haut Aller en bas
EPSILON
Invité
avatar


MessageSujet: Second sujet   Jeu 01 Jan 2009, 20:41

le voila.................

ET LE SECOND SUJET TOUVER SUR WIKIPEDIA

SOS Éducation est une association conservatrice[1] qui milite pour une réforme du système éducatif français et défend des positions comme la suppression du collège unique ou le retour à la méthode syllabique d'apprentissage de la lecture. L'association, créée en novembre 2001[2] à l'initiative d'un groupe de parents d'élèves, revendiquait en janvier 2007 65 000 membres[3] et 220 000 sympathisants[4].

Sommaire [masquer]
1 Prises de position
1.1 Méthodes de lecture et manuels scolaires
1.2 Éducation sexuelle
2 Critiques de l'association
3 Notes et références
4 Liens externes



Prises de position [modifier]
Opposée à la méthode globale et à ce qu'elle appelle le « pédagogisme », elle défend le retour à des méthodes d'enseignement traditionnelles. Elle avance avoir « obtenu que Dominique de Villepin légalise l'apprentissage d'un métier dès 14 ans, le 7 novembre 2005 et que Gilles de Robien édicte une circulaire interdisant la méthode globale de lecture et ses dérivés » dans les écoles primaires le 3 janvier 2006[5].

Elle milite pour le rétablissement d'un examen d'entrée en sixième, la suppression du collège unique, la suppression de la loi Jospin de 1989 qui, selon elle, empêche les redoublements, la restauration d'exigences « décentes » aux examens et au baccalauréat, le rétablissement de vrais cours de morale et de civisme et la limitation du pouvoir des syndicats d'enseignants[6].

D'après son journal, l'association dispose à l'Assemblée nationale d'un réseau d'une vingtaine de députés qui auraient signé un engagement sur l'honneur à faire voter au cours de la législature à venir les sept réformes principales qu'elle défend[7].


Méthodes de lecture et manuels scolaires [modifier]
SOS Éducation a été très médiatisée en octobre et novembre 2006, suite à une campagne d'annonces qu'elle a publiées dans la presse invitant les parents d'élèves de CP à vérifier le manuel de lecture de leur enfant et à contacter l'association pour avoir des informations sur la nature de la méthode pratiquée (globale, semi-globale ou syllabique)[8]. Plusieurs syndicats enseignants ainsi que les principales associations de parents d'élèves[9],[10] ont dénoncé cette action, accusant SOS Éducation d'inciter à la délation et d'instrumentaliser ce débat à des fins idéologiques politiciennes[11].

Suite à sa campagne classant les manuels Nathan et Bordas parmi « les pires manuels scolaires »[12], un procès à l'encontre des dirigeants de SOS Éducation pour diffamation, faux et usage de faux a été lancé[13]. Le tribunal a cependant débouté Nathan et Bordas de l'intégralité de leurs demandes le 22 janvier 2008 dans le volet diffamation. Concernant l'accusation de délit de faux et usage de faux, le ministère public a requis le non-lieu le 17 janvier 2008, confirmé par le juge d'Instrucion le 15 avril 2008.


Éducation sexuelle [modifier]
En 2005, l'association a protesté contre un sujet du baccalauréat SVT traitant, à l'occasion des 30 ans de la loi Veil, de l'interruption volontaire de grossesse et faisant selon l'association une apologie de l'IVG[14].

Le quotidien Le Figaro a publié le 28 juillet 2007 une tribune du porte-parole de l'association, Vincent Laarman, intitulée « Monsieur Darcos, pourquoi avez-vous reculé ? »[15] suite à l'autorisation de diffuser dans les collèges et lycées le film 4 mois, 3 semaines, 2 jours. Ce film évoquant un avortement en Roumanie sous Ceauşescu a reçu la palme d'or au 60e festival de Cannes.

L'association est à l'origine d'une campagne d'information des directeurs d'école, enseignants et parents visant à dénoncer l'exposition « Zizi sexuel » illustrée par le personnage de Titeuf à la Cité des sciences[16].


Critiques de l'association [modifier]
L'association Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes, association de militants syndicaux de gauche[17], définit SOS Education comme un « lobby aux thèses ultralibérales »[18].

Pour Laure Dumont, ce sont " des champions « illuminés » de l’ultralibéralisme"[19].

Le collectif « Sauver les lettres », également engagé dans la défense des méthodes traditionnelles, a vivement critiqué SOS Éducation à cette occasion, l'accusant d'avoir recruté ses membres par des procédés empruntés à la secte Avenir et Culture[20]. SOS Éducation poursuit Sauver les lettres pour diffamation publique envers particulier pour ces propos.


Notes et références [modifier]
↑ Voir par exemple « Un test met le feu au CP [archive] », L'Express, 7 mars 2007. L'association prône clairement « le retour dans les salles de classe des méthodes traditionnelles ». Le Bulletin de SOS Éducation [archive], n° 19, mars 2007.
↑ « Qui sommes nous ? [archive] » par SOS Éducation
↑ Qui sommes nous ? [archive] par SOS Éducation
↑ « Le marketing de SOS-Education pour imposer le b.a.-ba [archive] », Le Monde, 8 novembre 2006.
↑ Voir le site l'association : « Que fait SOS Éducation pour réformer l'école ? [archive] »
↑ Voir le site de l'association : « SOS Éducation apporte trois premières caisses de pétitions au ministère de l'Éducation [archive] ».
↑ « Renouvellement de l'Assemblée nationale. Quels seront les relais pour les membres de SOS Éducation ? [archive] », La Lettre de SOS Éducation, numéro de juillet à septembre 2007, p. 4-5.
↑ « Le marketing de SOS-Education pour imposer le b.a.-ba », Le Monde, 8 novembre 2006.
↑ Lecture : la polémique dérape ! [archive] Article FCPE du 17 octobre 2006
↑ [pdf]: Lecture à l'école : un peu de respect pour nos enfants et pour leurs enseignants ! [archive] Communiqué PEEP du 31 octobre 2006
↑ « Une pétition contre "l'autoritarisme" de Robien [archive] », Le Nouvel Observateur, novembre 2006.
↑ Les cinq « pires livres de classe » dont SOS Éducation a demandé en 2008 le retrait à M. Darcos, Ministre de l'Éducation, sont les suivants (entre parenthèses et guillemets, les motifs invoqués par l'association) : 1. Le nouvel atelier de français, CE1, Bordas (« Exercices nuisibles au développement des enfants, règles de grammaire fausses, pédagogie aberrante ») ; 2. Textes et compagnie, manuel de français, 6e, Nathan (« Pauvreté des références littéraires, détournement d'œuvres classiques, textes vulgaires ou absurdes ») ; 3. Français - Duffau-Pfirrmann, Hachette Éducation (« Texte à caractère obscène, vulgarité ») ; 4. Abracadalire, Hatier (« Méthode de lecture appliquant intégralement la méthode globale ») ; 5. Histoire-Géographie, 3e, Hatier (« Graves omissions historiques, atteintes à la neutralité de l'enseignement »).
↑ Exposé de la plainte [archive] sur le site Nathan
↑ coupures de presse [archive] sur le site spiritualité chrétienne
↑ Article du Figaro [archive]
↑ « Le "Zizi sexuel" leur reste en travers de la gorge [archive] », Libération, 21 janvier 2008.
↑ [archive] L'association se définit comme un regroupement des militant(e)s de la FSU, de la CGT, de la CFDT et de SOLIDAIRES
↑ [1] [archive]
↑ Apprentissage de la lecture : halte à la charlatanerie [archive], Rémi Brissiaud et André Ouzoulias, Cahiers pédagogiques, 12 octobre 2006
↑ Sauver les lettres [archive]

Liens externes [modifier]
(fr)Site de l'association [archive]
(fr)« SOS Education au secours de Darcos » [archive]
(fr)« Le marketing de SOS-Education pour imposer le b.a.-ba » [archive], article payant de Luc Cédelle du journal Le Monde
(fr) "Pluralisme scolaire" : lettre à SOS-Education par Fanny Capel(fin 2004), auteure de Qui a eu cette idée folle un jour de casser l'école ? [archive]

"le monde ne sera sauvé, s'il peut l'être , que par des insoumis"André Gide
Revenir en haut Aller en bas
Vassili Surikat
Nain capable
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2716
Age : 103
Localisation : De l'autre coté du canon, dommage !
Team/ Alliance : NBKFR
Jeux : WoT
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: La réforme Darcos.   Jeu 01 Jan 2009, 23:14

Tant de chose a dire...

Déjà, même si c'est long, la première partie vaut le coup... même si sa parait trop noir a mes yeux, peut etre par se que j'espère que se soit faux, alors que de multiple signe nous prouve que non.
ne pas se voiler la face : l'heure est grave. C'est quand le peuple dort que sa liberté est mutilée, mais je continu a penser qu'il faut diversifier les méthode d'exposition du mécontentement.

Il veulent des sous? bloquons les centres d'impôts, spammons toute les boite mails, bloquons les lycées, je ne sais pas, mais il faut frapé fort, sans trop gêner les gens (et c'est la le plus dur).
en réalité, si c'est une guerre, alors il faut "faire la guerre" :
Observer
Informé
reconnaitre les faiblesses
Évaluer nos forces
Agir en conséquence.

Mais pourtant, avec la crise qui nous montre les limites du libéralisme, on pourrait croire que la donne va changer. le temps nous le dira, mais sa n'empêchera les voix de s'élever contre ses pratique aussi douteuse que non-laïque.
et pour espi :

Spoiler:
 

______________________
"l'orage c'est un peu le seul moyen pour un geek de vivre dangereusement"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Urbanspirit
Nain Posteur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 26629
Age : 29
Team/ Alliance : NbK
Jeux : League of legends / CSGO
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: La réforme Darcos.   Mar 06 Jan 2009, 20:52

Espi...j'ai pas tu lut..ou plutot j'ai lu mais en diagonale ^^


perso je ne comprend pas les conservatiste mais sa contredit presque le fait que je participe au mouvement lycéen ^^


en fait je veux pas qu'on garde notre système éducatif comme il est..mais je veux pas que sa se radicalise et que la précarité apparaisse trop...

j'ai aps vraiment d'avis sur l'éducation en faite...même si je suis contre cette reforme précisément ^^
donc a voir ^^

______________________
Citation :
tu sais qu'un geek quand il meure il va dans la corbeille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.team-naheulbeuk.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La réforme Darcos.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La réforme Darcos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» La réforme Darcos.
» Les Worgens de Kirin Tor, projet RP qui prend forme !
» Deuxième couleur ou forme pour les fanions sur la carte
» Lettre reçue avec un sceau en forme de Hache.
» [Objet] Tube de colle en forme de main ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Team NaheulbeuK :: Accueil public :: La Taverne :: La Salle principale-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet